LA SOIE ET LES CANUTS - Philippe de LASALLE
 
Impossible d'évoquer Lyon, la soie et les canuts,
sans parler de Philippe de Lasalle.
 
Sa jeunesse
Sa naissance ne le destinait pas au métier de dessinateur ; il est né le 2 septembre 1723, sous le règne de Louis XV. Orphelin à un an, il a passé son enfance près de la nature qui influença fortement son style.
A quatorze ans, il arrive à Lyon, chez un de ses oncles ; il suit une formation auprès d'un peintre pour apprendre le dessin. Il va ensuite compléter cette formation dans différents ateliers parisiens.
En 1744, il revient à Lyon où il effectue son apprentissage chez un maître fabricant. Il y apprend le fonctionnement du métier à tisser, mais aussi la mise en carte, qui consiste à reproduire le dessin sur un quadrillage pour l'exécution sur le métier.

En 1748, il épouse la fille d'un fabricant auquel il s'associe. Il habite et travaille alors rue Sainte-Catherine, en bas de la Croix-Rousse.
 
Son ascension
Philippe de Lasalle
Autoportrait
Pastel
Musée des
Arts Décoratifs
de Lyon
(Photo E. FREY)
Philippe de Lasalle, à la fois dessinateur et metteur en carte, maîtrisant profondément son sujet, va connaître rapidement la renommée. En 1760, l'intendant de Lyon, Monsieur de la Michodière disait de lui qu'il était " regardé comme le premier dessinateur de Lyon ". Il maîtrise également, la flore qui a bercé sa jeunesse, les animaux ou bien les nuds, les rubans ou beaucoup d'autres éléments décoratifs.

En 1771, les portraits qu'il produit, datés et signés de la mention " Lasalle fecit " vont asseoir sa notoriété, non seulement en France, mais aussi en Russie. Celle-ci ne fera que croître jusqu'en 1790. Avec le concours de Voltaire, l'artiste entre en contact avec Catherine II, pour qui il produira des portraits, ainsi qu'une tenture commémorant la victoire de Crimée. Il bénéficie de l'appui du prince de Condé et, grâce à Turgot, il a en permanence des métiers en démonstration aux Tuileries.
 
Une de ses oeuvres
Louis XV
Portrait de Louis XV
(Photo E. FREY)
Le portrait de Louis XV est un exemple pratiquement parfait du talent de Philippe de Lasalle. Maîtrise de la technique : il s'agit d'un lampas broché sur fond de satin, l'effigie du roi étant une broderie. Maîtrise de la flore : le portrait est entouré de trente-quatre groupes de fleurs, composés de dix-sept espèces différentes.
 
La fin de sa vie
A partir de la révolution, sa carrière n'évolue plus. La révolution, le contexte économique et politique y sont pour beaucoup. Philippe de Lasalle meurt le 27 février 1804 au palais Saint-Pierre, près de la rue Sainte-Catherine, où il avait commencé à exercer son art.


Sa créativité, son imagination et son don de l'innovation ont traversé les siècles et sont encore bien vivants aujourd'hui.
SUITE...


[Page d'accueil] [Sommaire du dossier] [Informations] [Nous écrire]